menu :


Découverte : Nadia Batteau : La visite
avec l'aimable autorisation de l'auteur

ses poèmes sur son blog : http://nadiab071.over-blog.com
 
interprète à l'atelier : Mamy rapeuse sur une musique créée à l'atelier


le texte :
La visite

Le silence est venu s'asseoir sur mes genoux
me crevant les tympans par tout son bavardage.
Il est venu seul et bien trop habillé,
son habit lumineux n'étant pas de rigueur
pour l'accueil enrobé dans l'espace de ma chambre.
Nous avions dû nous croiser dans des pauses communes,
la mémoire est fidéle pour ce genre de rencontres.
Sa démesure est telle, sa démarche si superbe
que la volonté seule n'estomperait pas l'élan.
Je l'ai bien accueilli dans un sourire acerbe,
pas de vacillement, aucune fausse joie
juste un frémissement dans l'ombre de ma voix.
Oh! Il n'a pas songé à faire moins de bruit
et dans un mot prècis, un geste douloureux,
j'ai vu toute ma peine vibrer en son regard.
 
Le rendez-vous est pris pour une autre jeunesse,
il avait paraît-il beaucoup de monde à voir.
J'ai caressé la paûme chaude des fausses confidences
en serrant contre lui mon corps titubant.
Il reviendra, c'est sûr, peut-être dans un mois
prendre de mes nouvelles, équilibrer l'échange
pour prévenir sa force et que vive le répit.
J'ai fermé la porte, les rideaux de ma chambre,
la nuit se profilait déjà au coin de ma fenêtre,
il fallait dégrafer sa chair dans un autre tumulte.
Mes pensées annonçaient un autre visiteur,
celui qui vient sur la pointe des pieds
se faufiler, habile, dans l'âme des pénombres.
Le sommeil, lui aussi s'énonce en sursauts,
il entrepose en vrac les peurs et les mystères
tatônnant dans le noir nos esprits vagabonds
et s'offre au plus offrant avec une telle grâce
qu'on oublie par avance son infidélité.